A- | A | A+
Imprimer

L´Assemblée mondiale de la Santé: Intervention de PSR

15.05.2007 Dans le cadre de la soixantième Assemblée mondiale de la Santé au Palais des Nations à Genève, Michel Fernex a présenté le 15 mai 07 une motion demandant l´amendement de l´accord de 1959 signé entre l´OMS et l´AIEA. Cet accord stipule que l´AIEA garde la main haute sur toutes les questions qui touchent au nucléaire, y compris les effets sur la santé, lesquelles devraient normalement être du seul ressort de l´OMS. L´OMS se trouve de ce fait mise sous tutelle de l´AIEA.

Ainsi, dans les suites de l´accident de Tchernobyl, l´agence atomique a censuré des données épidémiologiques et sérieusement minimisé les conséquences sur la santé, comme Michel Fernex l´a démontré à partir d´une riche documentation. S´il est certes de règle que les agences onusiennes collaborent entre elles, il ne devrait y avoir ni censure ni droit de veto.

L´intervention de PSR/IPPNW auprès de l´OMS s´est faite dans le cadre d´une séance organisée par diverses ONG, centrée sur la question du retour aux principes fondamentaux de l´OMS, tels qu´ils furent édictés en 1978 dans la Déclaration d´Alma Ata («Santé pour tous en l´an 2000»). Le constat est affligeant : le principe de la santé pour tous est un échec ! La mondialisation et les programmes d´ajustement structurels de la Banque mondiale ont ruiné les services de santé publique de nombreux pays, ouvrant le champ aux privatisations et à la course aux profits. Les inégalités se sont creusées. Le budget de l´OMS augmente chaque année, mais la contribution des Etats membres diminue et ne couvre plus que le 30% des dépenses totales. Le reste provient de donateurs «privés», appelés pudiquement «partenaires», dont l´influence sur la politique de l´OMS est difficilement quantifiable, mais certainement délétère.

retour