A- | A | A+
Imprimer

Vous êtes ici: www.ippnw-europe.org | fr | Accueil

Le traité interdisant l’arme nucléaire et la Croix-Rouge Française

Il y a eu, le 25 janvier 2018, un événement majeur : Pour la première fois, La Croix Rouge Francaise (CRF) a organisé une soirée-débat en son siège à Paris sur la question du traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Pour animer le débat étaient conviés : Kathleen Lawand, de la direction du comité international de la croix rouge (CICR), Jan Marie Colin, vice président de l’IDN (Initiatives pour le Désarment Nucléaire), Patrice Richard er Abraham Behar, de l’AMFPGN.

La représentante du CICR a rappelé le combat constant de son organisation en faveur de l’abolition des armes nucléaires depuis 1945. Elle a surtout détaillé ses raisons du soutien au TIAN en insistant sur le caractère disproportionné actuel de la menace nucléaire et sur les conséquences humanitaires. J M Colin, a rappelé l’histoire du traité depuis ses origines et dans ce cadre, le rôle d’ICAN, la campagne internationale initiée par l’IPPNW. P. Richard, en réaction aux propos du ministère des affaires étrangères (MAE), a déploré l’acharnement de notre gouvernement contre le TIAN et l’attachement obsolète à la dissuasion nucléaire, hors des réalités en Europe. A. Behar a choisi un exemple concret de la prévention des effets sur la santé des rayonnements atomiques au travers du PPI en cas d’accident nucléaire sur notre sol (militaire et aussi civil). Il a surtout insisté sur la place des agents de santé (médecins, infirmières et secouristes)

Pour équilibrer ces interventions en faveur du TIAN, Mr. Zacharie Gross, directeur du département dédié au désarmement nucléaire au Quai d’Orsay (accompagné de 2 autres représentants du ministère des affaires étrangères, d’1 représentant du ministère de la défense et d’un représentant du ministère de la santé) est intervenu longuement pour expliqué les raisons de l’hostilité du gouvernement français au TIAN. Pour ce faire, il a vanté les pas importants de notre pays pour le désarmement atomique, du temps de la présidence de feu F. Mitterand. Il a enfin prononcé un vibrant hommage pour le traité de non prolifération (TNP) sans s’appesantir sur les échecs répétés de sa révision à l’ONU.

Cette réunion surtout est le prélude d’une campagne de la CRF dans toutes les régions de France en faveur du TIAN. L’AMFPGN soutiendra partout cette initiative. Nous avons en plus proposé une journée spéciale à Paris dédiée à ce sujet avec toutes les organisations de santé partie prenante pour expliquer en quoi le TIAN est une étape importante vers l’abolition des armes nucléaires pour la santé publique, et pour prévenir les conséquences humanitaires inacceptables liées à la menace atomique. Notre mission, conforme aux décisions du congrès de YORK 2017 de l’IPPNW, est confortée par ce début très concret du combat pour la signature et la ratification du TIAN, y compris par les états nucléaires comme le notre, ou par des états dépendants.

retour